• Auteurs-

     Les auteurs invités à Rennes :

     

    Ahmad Al-Shahawy : Journaliste au grand quotidien Al-Ahram, depuis 1985. Sa poésie a fait l'objet de recherches dans les universités égyptiennes  arabes. Ses œuvres ont été traduites dans plusieurs langues, notamment en anglais, français, espagnol, turc et en langue indienne. Il a participé à plusieurs festivals poétiques arabes et internationaux. Parmi ses nombreux textes publiés, Un ciel à mon nom.


    Gilles Amalvi : Ses poèmes sont parus dans diverses revues, dont Moriturus, La mer gelée,  [avant-poste]. Conférencier au musée des Beaux-arts de Nantes, il collabore également avec le festival des Rencontres Chorégraphiques de Seine-Saint-Denis. En tant que dramaturge, il a travaillé avec les chorégraphes Saskia Hölbling et Nasser Martin-Gousset. Il s'attelle aux greffes entre texte, voix et matière sonore. C'est ainsi qu'est né le projet Orphée Robot de Combat, poème-concerto live, et Kranax, feuilleton radiophonique. Radio-Epiméthée, la version scénique de Une fable humaine, a été créée en 2007 et reprise en 2008 au Lieu Unique.


    Rita Baddoura : auteure libanaise d'expression française née en 1980. Ses ouvrages (cinq recueils de poésie parus à ce jour) ont été distingués par divers prix littéraires et ses lectures performances, caractérisées par un climat d'improvisation et explorant les rencontres entre texte, mouvement et son, présentées dans des festivals internationaux. Ritta Baddoura a également un parcours de journaliste littéraire et de chercheuse en sciences humaines. Elle vit actuellement à Nantes.  Elle a publié notamment Parler Étrangement (2014).


     Washington Cucurto (nom de plume de Santiago Vega) est un jeune écrivain argentin de fiction, prose et poésie. Autodidacte, il est créateur de ce qu'il nomme "le réalisme tête baissée". Il est métis, appartient à la classe ouvrière et ses narrations se déroulent dans les milieux populaires. Ses ouvrages abordent la négritude, la pauvreté, l'homosexualité, ce qui lui confère une place unique au sein de la littérature contemporaine argentine, tout en le situant dans la parfaite lignée d’auteurs tels que Arlt, Copi ou Perlongher. Il a écrit Les aventures du dieu Maïs (Le Nouvel Attila). Il est également reconnu en tant qu’éditeur d’Eloisa Cartonera, la première maison d’édition coopérative « cartonnière », dont les livres sont fabriqués à partir des cartons et papiers récupérés par les cartoneros qui, depuis la crise économique de 2001, travaillent la nuit pour récupérer et trier les déchets dans la rue, afin de vendre les matières réutilisables aux usines de recyclage.


    Jean-Pascal Dubost : poète français né en 1963 à Caen. Il vit en Ille-et-Vilaine, dans la forêt de Brocéliande. Il publie des articles et critiques littéraires dans les revues Europe, Cahier Critique de Poésie, Gare Maritime. Il est l'un des collaborateurs du site de poésie Poezibao (actualité de la poésie contemporaine). Il a collaboré à l'activité de la Maison de la Poésie de Nantes de 2001 à 2011, dont il a été le président de 2007 à 2011.


     Miloud Gharrafi : Né à Berkane (Maroc) en 1966. Il est poète, romancier et traducteur et réside en France depuis 1990. Son premier recueil (Brûlures de l'amour) voit le jour en 2002, le second (Je la mâche comme un chewing-gum noir) en 2009. En 2011, il a publié au Liban son premier roman (Cascades). Il est le traducteur en français de la poésie d'Ahmad Al-Shahawy (Egpyte) : Une seule porte et des demeures (2013) et Un ciel à mon nom (à paraître en 2014). Il a participé à plusieurs festivals international de poésie en France et à l'étranger : Sète, Struga (Macédoine), Zürich, Le Caire, Séville...


     Michaël Glück : Écrivain, poète et traducteur, il  questionne la fragilité de l'être et cherche le geste, le poème, le texte susceptibles de sauver. Auteur d'une œuvre foisonnante, il écrit et travaille par ailleurs en jetant des ponts entre l'écriture et de nombreuses autres disciplines : théâtre, danse, marionnettes, arts plastiques, musique, cinéma, vidéo. Il est traduit en italien, espagnol, catalan, allemand, chinois et participe à de nombreux festivals avec des lectures, performances, conférences. Il a reçu en 2004 le Prix Antonin Artaud pour Cette chose-là, ma mère publié aux éditions Jacques Brémond.


    Jacques Josse : Venu à l’écriture après avoir lu Ginsberg, Corso et Snyder, il se sent également attiré par Bohumil Hrabal, Herta Müller, John Mc Gahern, Erri De Luca, Mario Rigoni Stern, Antonion Lobo Antunes ou Raymond Carver. Le titre de son recueil de poésie Vision claire d’un semblant d’absence au monde est emprunté à un poème de Danielle Collobert. Éditeur, il a animé la revue Foldaan (1980-1987, huit numéros, 1000 pages) avant de créer en 1991 la maison d'édition Wigwam éditions où poésie et peinture sont étroitement liées. Ainsi a-t-il publié entre autres Matthieu Messagier, James Sacré, Antoine Emaz ou encore Daniel Biga. Il dirige la collection « Piqué d’étoiles » aux éditions Apogée et a présidé de 2008 à 2012 la Maison de la poésie de Rennes.


    Claudie Lenzi : Poète et plasticienne, elle se définit comme otorigène. Elle travaille sur les altérations sonores du langage et leurs mises en formes poétiques. Au cours de ses lectures performances, elle a recours à des moyens plastiques visant à mettre en difficulté un texte lu afin de témoigner des caprices de la langue. Elle s'adonne aussi à la photographie et fabrique des machines à lire, objets d'écriture et de lecture. Elle codirige les éditions Plaine page, a écrit "Les Otorigènes", Spirit/u-elles Récidives, Cela qui manque, RèveMarieAnne et a exposé à Barcelone, Mantoue et Marseille.


     Jean-Claude Leroy : Photographe de formation, Jean-Claude Leroy a exercé divers métiers, il vit à Rennes. À partir de 1996, il anime Tiens, « revue locale d'expression universelle » qui deviendra sur la toile Tiens, etc. Il a publié un essai et des récits aux éditions Cénomane, notamment Comédie du suicide et Rien seul. Parmi ses ouvrages de poésie, récemment : Aléa second (Rougerie, 2013), À la porte (le phare du Cousseix, 2014).


     Padro Mairal :  Né à Buenos Aires en 1970, Pedro Mairal a publié son roman Une nuit
    avec Sabrina Love aux Éditions Rivages, adapté au cinéma, ainsi que Tôt ce matin (2004) et  L’Intempérie (2007). Ses livres sont traduits et publiés en France, Italie, Espagne, Portugal, Pologne ou Allemagne. En 2007, il a participé au jury Bogota 39 parmi les meilleurs jeunes écrivains latino-américains.


     Cocteau Mot Lotov : Au départ, ce poète politique aux mots brûlants et à l'humour truculent s'est d'abord surnommé Tancrède, un prénom de guépard. En pleine métamorphose poétique, c'est un artisan du mot. Avant d'advenir au slam, il a été journaliste, manutentionnaire, historien, homme au foyer.


     Sylvie Nève : Elle a collaboré depuis 1976 à de nombreuses revues de poésies, et a publié une dizaine de recueils. À partir de 1980, elle pratique régulièrement la lecture publique, seule ou en duo avec Jean-Pierre Bobillot, dans les Maisons de la culture, théâtres, Écoles d’Art, musées, Centre Georges Pompidou, galeries, etc. Elle a participé en 2004 au festival international des « Voix de la Méditerranée » à Lodève. pratique la lecture/action depuis les années 80 avec différents artistes. 

     Lou Raoul : Née en Bretagne en 1964. Publie en revues depuis 2008, en recueils depuis 2010. Son écriture oscille entre prose poétique et prose narrative. Collabore au sein de livres pauvres en tant que poète et plasticienne avec d'autres plasticiens et poètes. Dernières publications : Exsangue (Éd. Pré # Carré, 2012), Else avec elle (Éd. Isabelle Sauvage, 2012, Prix Poésyvelines 2013), Les jours où Else, (Éd. Isabelle Sauvage, 2011), Sven (Éd. Gros Textes, 2011). A paraître : Traverses (titre provisoire) aux Éditions Isabelle Sauvage, en 2014.


     Gwenaëlle Rébillard, dont le travail aujourd'hui se définit sur et dans le paysage, a résolument engagé sa pratique à la croisée des Arts Plastiques et de la Poésie. A une production polymorphe (dessin, édition, installation, vidéo, écriture, lecture performée), s'ajoute des collaborations pluridisciplinaires avec des écrivains, des plasticiens, des musiciens. Il en résulte un travail intimiste œuvrant à travers les figures récurrentes que sont le corps et le paysage. Cette affirmation d'une création hybride, questionne autant la forme que le contenu, et n'a de cesse de se ré-inventer sous différentes combinaisons. Les collaborations s'inscrivent dans la volonté d'une recherche jamais close, où les formes multiples sont garantes d'une vérité plurielle.


     Alain Roussel : écrivain et poète français. Il a découvert la poésie, en vers et en prose, vers l'âge de dix-sept ans, devenant au fil du temps un lecteur insatiable. Cet auteur s'inscrit dans une double démarche. D'une part, il écrit des proses poétiques resserrées, à la limite du silence, essayant de dire en quelques mots la présence, l'absence, l'attente, rôdant autour de l'innommable, de l'indicible. D'autre part, il écrit des récits où il peut donner libre cours à son imagination, à son humour, à son insolence, sans perdre la quête du sens qui est essentielle à toute sa démarche. En témoigne son recueil de nouvelles Que la ténèbre soit ! (La Clef d'Argent, 2010). Par ailleurs, il a publié un essai sur les mots, à partir de la cabale phonétique et d'une interprétation très personnelle de la forme des lettres, La Vie privée des mots (éditions La Différence, 2008).


     Hind Shoufani : Réalisatrice, poète, elle a vécu dans tout le Moyen-Orient. Depuis que le virus de la poésie l’a piquée en 2007, elle a récité dans plusieurs festivals – à Vienne, Francfort, Berlin et Pittsburgh. Elle est la fondatrice du collectif Les Poéticiens, un groupe élastique d’écrivains turbulents qui donnent des performances tous les mois, la plupart du temps à Dubaï, parfois à Beyrouth. Elle est l’auteur de deux livres : More Light than Death Could Bear et Inkstains on the Edge of Light. Elle aime les choses qui brillent.

     

    Fadwa Soliman : actrice syrienne. Elle a joué dans plusieurs pièces de théâtre comme la Voix de Marie et Media ou encore une adaptation arabe de la pièce Une maison de poupée d'Henrik Ibsen au théatre Qabbani de Damas. Elle a aussi joué dans une douzaine de séries télévisées telles que "Les Mémoires de Abou Antar" ou "Petites Dames". Elle est devenue une des figures de proue de la Révolte syrienne de 2011 et 2012 en dirigeant des manifestations contre le régime de Bachar el Assad à Homs. Poursuivie à Homs par les forces de sécurité du régime, elle a du prendre la fuite vers la France via le Liban. Depuis 2012, elle habite à Paris.


     Frédérique Soumagne : Née en 1970, Frédérique Soumagne vit et travaille à Bordeaux. Elle publie principalement dans des revues comme Ouste, donne des lectures publiques et participe à des performances. Elle a notamment publié trois recueils dont Joke Box, l’énigme du dérapage aux éditions Dufourg-Tandrup, jeu littéraire bâti sur des improvisations. Certains de ses textes dont été adaptés dans des poèmes dansés. Elle collabore actuellement au collectif ON, alliant vidéo, arts plastiques et poésie. Ses textes travaillés comme une matière sont souvent triturés jusqu’à faire parfois apparaître des mots recréés pour mieux en souligner la violence, laissant souvent transparaître des situations cruelles de l’existence.


     Sapho. Chanteuse dans plusieurs langues (français, arabe, anglais, espagnol, hébreu), poète, romancière et un temps journaliste, elle a sorti de nombreux albums dont Jardin Andalou, La Traversée du désir, Digital Sheika, Orients, Universelle, Velours sous la terre et participé aux musiques de films. Elle a écrit "Sous la coupole", "Patio", "Opéra intime", "Un mensonge", "Un très proche Orient", "Le Livre des Quatorze semaine", "Guerre, words y Plato", "Muleta".